AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Amióta csak világ a világ - Hongrie (en construction)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hongrie




Messages : 1
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Amióta csak világ a világ - Hongrie (en construction)   Sam 8 Juil - 23:53



1. Identité.

Pays ? Hongrie, Magyarország.
Nom & Prénom ? Héderváry Erzsébet ou Erzsi (er-zhee pour ceux qui se posent encore la question)
Sexe ? Féminin bien que possédant « de plus grosses couilles que vous tous réunis, bande de fils de- » (Sommet de l’ONU 2008, Erzsébet H.)
Âge Physique ? Quelque part entre 25 et 30 ans
Fête Nationale ? 20 août, pour la commémoration de la fondation de l’état hongrois en 1000. L’existence de Hongrie remonte à bien plus tôt, elle se souvient de manière floue de son existence nomade dans les plaines mais, la paperasse vous savez.
Capitale ? Budapest
Langue(s) ? Le hongrois, bien entendu, l’allemand par nécessité suite à quelques siècles d’occupation, n’est-ce pas ; elle est capable de soutenir une conversation en turc et en russe si la susdite conversation consiste uniquement en insultes d’une violence soutenue. Elle est aussi la seule imbécile à avoir appris l’espéranto, qui lui paraissait un si beau projet à l’époque !  (Ricanez, allez-y.)  



2. Physionomie.

Pendant de nombreux siècles, l’enveloppe humaine d’Erzsi n’a pas été considérée comme ‘traditionnellement belle’. Ni même ‘belle’ tout court, s’il faut être parfaitement honnête. La mâchoire trop carrée, les traits trop durs, les sourcils trop épais, le regard trop direct. Seules les courbes de ses lèvres et de son nez apportent un peu de rondeur à un visage sinon tout en angles, taillé à la serpe. La Hongrie était loin du modèle de douceur et de délicatesse qu’on pouvait attendre d’une femme. Notez bien : cet état des choses lui convenait parfaitement. Ses yeux verts et sa crinière de cheveux châtain auraient pu faire pencher la balance, mais, même si Erzsi a toujours eu les cheveux longs, elle n'y accorde qu'une attention superficielle et les laisse se délaver sous le soleil en été. Quant à ses yeux... Hongrie a entendu trop souvent de commentaires soit-disant flatteurs les comparant aux iris d'un chat, d'une tigresse, d'une louve. Quelque chose de sauvage, d'animal, quelque chose donnant envie de conquérir, de soumettre. Elle préfère voir dans le vert de ses yeux le soleil filtrant à travers le sous-bois.
Erzsi fait partie de ces gens que le jeu de la séduction agace. Elle a toujours entendu le même refrain de la part de nonnes, de dames de la cour, de conseillers : « Sois plus féminine. ». Or, la féminité et Erzsébet Hedervary sont deux choses qui vont difficilement ensembles. Elle a vécu son passage à la maturité physique comme une lente torture, perdant l’androgynie de son enfance pour un corps à la poitrine, les hanches et les cuisses bien trop développées à son goût. Erzsi préférait de loin sangler son encombrant physique dans un uniforme de soldat plutôt que de se soumettre aux diktats de la mode féminine – une sacrée putain de saloperie, selon elle, tout siècle confondu. Aujourd’hui elle a adopté un style plutôt confortable, jeans usés et t-shirts en coton occupant la majeure partie de sa garde-robe, à côté des tailleurs et chemisiers qu’elle n’use que pour les réunions officielles.
Elle a été forcée de s’adapter - à son grand déplaisir - elle connaît les codes et les règles qui s'appliquent à son genre, mais elle y étouffe. Erzsi est faite pour le grand air, l’exercice violent, les climats brutaux. Elle n’est jamais autant heureuse que lorsqu’elle peut monter à cheval et galoper pendant des heures dans la puzsta hongroise brûlée par le soleil. Si elle apparaît à l’ONU en talons, les cheveux relevés et rouge à lèvre c’est avec l’intention de provoquer la terreur dans le cœur des hommes, pas pour leur bon plaisir.
Rien de subtil ou de délicat chez elle. Elle parle fort, d’une voix claire – mezzo, dirait Roderich –, marche avec assurance, les épaules rejetées en arrière, compensant un peu pour son mètre soixante. Elle est de ces gens qui habitent une pièce toute entière dès lors qu'ils passent la porte. Elle n’a jamais su cacher ses émotions et son visage est un livre ouvert, elle rit fort, s’emporte vite et est d’une vulgarité rare.





3. Psyché.


Ses plus grandes forces, ses fiertés, ses qualités ? Hongrie est le type même du soldat. Physiquement robuste et capable de soutenir un rythme infernal sur un champ de bataille, elle possède un code moral en acier (bien qu’un peu daté) et une loyauté farouche. Elle a souvent été qualifiée de chien de garde et bien qu’elle le prenne comme une insulte, il serait impossible de le nier.
Sa compassion et sa douceur semblent presque incongrues face à sa nature brusque. Et pourtant, Hongrie est capable de beaucoup de tendresse et de patience, surtout quand elle interagit avec des enfants. Elle est cet être hybride entre les stéréotypes, capable d’endosser l’archétype du père et celui de la mère, d’autorité et de douceur, d’endosser l’uniforme militaire et de tenir la maison.
Elle est franche et directe, parfois au prix des ego qui lui font face, mais elle est (un peu trop) fière de son franc-parler.

Ses faiblesses ? ses défauts ? La définir comme butée serait un euphémisme. Ce que Hongrie refuse, Hongrie ne fera pas. Point final. Et plus on la pousse plus la réponse sera brutale. Elle a un tempérament sanguin et même violent qui lui a souvent causé des difficultés. Elle est une bien piètre négociatrice ou diplomate. Et, avec le passage du temps, son territorialisme devient de plus en plus proche du racisme : elle hait un nombre impressionnant de ses voisins : Roumanie décrochant bien évidemment la première place. Erzsi a également une faiblesse toute particulière pour l’alcool, et surtout l’eau de vie artisanale ou palinka (aussi appelée kerítésszaggató ou « alcool si fort qu’il vous donne l’impression que vous êtes bien plus fort qu’en réalité et vous pousse à essayer d’arracher la clôture et utiliser les poteaux comme une arme. »).
NB : Elle ne considère pas son langage de charretier comme un défaut mais certaines oreilles plus délicates peuvent être choquées par sa virulence, parfois jugée peu justifiée. Hongrie est capable de partir dans une tirade vertigineuse pour un orteil cogné contre le pied d’un meuble.

Comment réfléchit-il ? Après avoir agi, au grand dam de ses gouvernements successifs. Elle a une intelligence manuelle et physique remarquables mais son absence d’esprit politique lui a souvent causé du tort. Cependant, elle est loin d’être simplette ou même naïve, elle juge tout simplement inutile de tergiverser quand on peut agir. D’apparence simple et positive, Hongrie est en vérité profondément pessimiste et a gardé peu d’illusions sur la nature des hommes (les femmes et les enfants restent dans ses bonnes grâces).

A t-il des secrets ? C’est un secret de polichinelle qu’Hongrie aurait préféré naître homme. Aurait voulu faire partie de ce club privé qui lui aurait assuré sa place et la reconnaissance de tous. Ça aurait rendu les choses plus simples.
Que désire t-il le plus au monde ? Elle entend autour d’elle les autres nations murmurer que Hongrie n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était, perdue dans la médiocrité de la corruption et de la mesquinerie de ses contraintes politiques. Elle rêve pourtant du jour où son peuple se soulèvera à nouveau, une nouvelle révolution de 56, et se libèrera enfin de toutes ses chaînes et de la pesanteur du système en place. (Si elle laisse parler l’humaine en elle, elle aurait aimé être mère. Mais c’est un rêve trop douloureux pour être examiné en détail.)

Quels sont ses idéaux en amitié et en amour? Pendant longtemps elle a été ballottée entre différents maîtres, tiraillée entre son besoin de liberté et d’indépendance et son désir d’appartenir. Elle a souvent échoué à contraindre sa nature passionnée et à ignorer ses sentiments. Elle a été amoureuse, elle a eu le cœur brisé. A présent elle préfère se contenter d’amitiés fortes. Hongrie est une amie qui est souvent plus proche de la grande sœur – et certaines mauvaises langues iront jusqu’à rajouter que c’est parce qu’elle aime se sentir en position de supériorité. Les mauvaises langues n’auraient pas tout à fait tort mais pour une seule raison : Erzsi a besoin de se sentir utile, d’endosser le rôle de protectrice. En amour comme en amitié son idéal serait quelqu’un possédant une vulnérabilité qu’elle seule pourrait voir et combler, tout en restant son égal.





4. Habitudes.

A quoi ressemble son logement? Où est-il ? Elle possède un appartement à Budapest et une maison de campagne au bord du lac Balaton, elle alterne régulièrement entre les deux.
A t-il des animaux de compagnie ? Tout au long de sa vie elle a eu des liens forts avec ses différents chevaux et chiens, dernièrement elle a adopté un puli ou serpillère vivante, Buksi.
A t-il des objets auxquels il tient ? Erzsi a une collection d’armes, c’est-à-dire une accumulation de bordel bric-à-brac, constitué principalement de tout ce dont elle ne pourra jamais se résoudre à jeter. Des armes donc. En dehors de ça, elle n’est absolument pas matérialiste et est capable de partir quinze jours dans la nature avec un seul sac à dos sans  jamais manquer de rien.
Pratique t-il des sports ? un instrument de musique ? Un art ? Au cours des années elle a pratiqué des dizaines de sport, généralement de combat. Elle a gardé une prédilection pour la lutte, l’escrime, la boxe et la natation. Elle chante, mais son répertoire se constitue aux ¾ de chansons à boire, le genre qu’on ose à peine murmurer en bonne compagnie, qu’elle a apprises au cours de sa fréquentation des casernes.
Que fait-il de son temps libre ? Erzsi s’organise entre retraites à la campagne et sa vie à Budapest où elle passe du temps comme bénévole dans différentes associations pour enfants défavorisés et refuges pour animaux. Un peu trop philanthropique pour être vrai ? En vérité, Erzsi s’est rendue compte à travers les siècles que les enfants et les animaux sont les deux seules catégories d’êtres vivants qui ne la rendent pas complètement folle, elle agit donc pour le bien de sa santé mentale.
A part le métier de Nation, travaille t-il ? ‘travailler’, légalement non, plus depuis un certain nombre d’année. Elle a souvent





5. Mémoires.

Quels sont ses meilleurs souvenirs au cours de l'Histoire ?
Quelles sont ses plus grandes désillusions ? A t-il des regrets ?
Quelle est sa situation économique actuelle ?
Quel rapport a t-il avec la religion ?
Comment envisage t-il le futur ?



0. Joueur.

Ton pseudo ? Est-ce que si je tente NekoMimi38 ça passe ?
Ton âge ? 21 going on 22 et ooohhh, ce moment nostalgieTM (ou cringeyTM) quand tu te rends compte que tu as joué pour la première fois ce perso au tendre âge de 15 ans.
Déjà un compte ? Nope, bien que l’envie de ressortir Grèce Antique ou peut-être même une création originale me tente déjà B O R DE L.
Que penses-tu du forum ? g du mal a komprendr le princip sa veu dir koi hetalia ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Amióta csak világ a világ - Hongrie (en construction)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jour II] La vie d'un pirate...
» Quel entrainement pour Hattrick?
» [Lego] MOC : mini usines de LEGO automatisées
» [Collection membre] Mes (nombreuses) collections.
» Logiciel dessin maison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Rois Maudits - Hetalia :: Administratif & Logistique :: Inscriptions-